Présentation de l’Equipe

L’Équipe de Bluraydefectueux.com est composée de 4 personnes en plus de Xav (bluraydefectueux, administrateur/webmaster)

Notre Equipe est composée de personnes qui ont toutes en commun (depuis plus ou moins longtemps selon les âges) la passion du monde du Home-Cinéma: une belle image, un son de qualité, et de beaux transferts ! A l’heure actuelle, la seule technologie (avec l’UHD-4K) capable de reproduire ces aspects, c’est le blu-ray ! Et bien entendu les membres de l’équipe ont été touchés (à différentes échelles) par le syndrome des blu-ray devenus subitement illisibles, ce qui représente un motif supplémentaire concernant leur implication dans Bluraydefectueux.com.

Voici leur présentation

 

Vivaldi21

Vivaldi21 | contact: pascal[at]bluraydefectueux.com | Modérateur, rédacteur, analyse et synthèse des statistiques.

« Je suis un cinéphile, pendant 40 ans j’ai vu en moyenne 150 à 200 films par an en salle, j’ai écrit dans des revues locales, j’ai fait des émissions à la radio ou animé des séances de «ciné club», et je crois bien connaître le cinéma, surtout celui dit «de répertoire».
Mon ambition, quand j’ai commencé il y a 15 ans ma collection de DVD (puis de BD), c’était de me constituer la cinémathèque de ma vie, les films que j’ai le plus appréciés, pour les avoir sous la main. Au début, je m’étais dit «tu te limites à 100», et j’en suis à 1000, faut que j’arrête, sinon je ne pourrai pas tous les revoir (surtout s’ils se détériorent!).
Réalisateur préféré : Hitchcock. Film préféré : 2001 (SK) , juste devant « la Mort aux Trousses » (vilain titre français). Là, on est dans l’art. Mais il y aussi plein de «petits films » que je peux revoir 10 fois parce qu’ils me rendent heureux, comme « Un jour sans fin » par exemple. Si t’as pas le moral, tu vas voir la marmotte (et Andie aussi …) !
Par rapport au BD Rot et à ma présence sur ce site… Disons que j’en fais un question de principe. Je suis un consommateur, et je n’accepte pas de voir les objets que j’achète se détériorer. Je comprends mal les réactions «tant pis, je vais racheter», qui ne font que conforter les industriels dans le mépris qu’ils ont du consommateur. Qu’un objet coûte 10 ou 1000€, je considère qu’il doit marcher. Qu’on imagine la même chose avec un bouquin, il est dans ta bibli, tu ne l’as pas touché depuis l’achat, tu le prends sur ton rayonnage pour le lire, et plouf, il tombe en poussière. Normal ?
Sinon, fan aussi de Bollywood, et regrets éternels pour mon Jodhaa Akbar décédé sous les coups de la vilaine résine»

 

Fiffou95

Fiffou95 | contact: steph[at]bluraydefectueux.com | Modérateur

« Je suis tombé dans la marmite « home cinéma » dans les années 81-82 avec mes parents, lorsqu’ils ont acheté leur premier magnétoscope, un SHARP il me semble, ensuite c’était la fiesta tous les mercredis à la maison avec les potes de l’époque, l’avantage d’avoir un vidéoclub sur le chemin de l’école on pouvait louer pas mal de choses, la grande époque des films d’horreur etc…(Humm comme les goûts changent avec le temps). Puis chemin faisant les premiers LD sont arrivés en France et de nouveau mes parents ont investi (sous mon influence ) dans un lecteur tri standard Pioneer (aujourd’hui il est en panne), puis la taille de la télé a commencé à augmenter, on avait ensuite relié le tout sur une mini chaine histoire d’avoir « du gros son » surtout avec les LD et pour finalement finir avec un système 5.1 Sony qui fonctionne toujours très bien. Entre temps je me suis passionné pour l’informatique, la musique occupait déjà une grande place aussi et la photographie commençait à me faire de l’œil.
Ensuite est venu le temps de s’installer et toujours cette passion qui m’anime et me fait lire pas mal de choses Vidéo 7 (pour la grande époque des VHS) puis aujourd’hui les années laser (je dois avoir le premier numéro dans un carton).
Puis arrive 2004  je décide de mettre en œuvre ce qui me trottait dans la tête depuis pas mal d’années, une salle dédiée, après un peu plus de six mois de travaux et de galères je réalise mon rêve et tout le monde en profite bien. La collection de DVD grossit à vue d’œil et celle des Bluray augmente aussi, mais depuis cette histoire de DVD ROT et BR ROT je me suis un peu calmé, car vraiment dégoûté….
Au fil des forums (HCFR, LAL et autres), j’ai rencontré Xav83 et l’aventure continue»

 

John DoeRodi | Animation

Passionné de jeux vidéos, de cinéma, il est chargé de l’animation et s’occupe de sujets beaucoup plus légers qui détendent « l’atmosphère ». Celui-ci peut également intervenir dans tous les topics car il connait bien la problématique.

 

 

 

JeronimoJeronimo | Contact: jeronimo[@]bluraydefectueux.com

23 février 2010. C’est la date de mon premier achat de blu-ray et le début de mes ennuis… Avant cela je possédais bien quelques DVD (mais sans plus) que j’ai d’ailleurs presque tous bazardés à l’occasion de la grande campagne de la Fnac à l’époque qui reprenaient nos « anciens » DVD contre des bons d’achats.
Ennuis parce que ce qui a commencé modestement s’est transformé en véritable fringale. Car mon problème est que j’aime tous les cinémas : du muet au parlant, du N&B à la couleur, de tous les genres et d’ici ou d’ailleurs (parfois même très lointain). Même si je ne possède toujours pas de salle dédiée, mon envie de cinéma s’est petit à petit cantonnée à mon salon.
Ennuis lorsque j’ai commencé à tomber par hasard sur des disques illisibles ou à problèmes. C’est vrai que cela m’est arrivé sur le tard car j’avais rarement l’occasion jusque là de me retourner sur mes premiers achats.
Alors comme pour la plupart des autres membres de l’équipe j’ai décidé de refuser la fatalité et de faire bouger les choses en rapportant ce qui ne va pas. Dans une industrie audiovisuelle moribonde, les éditeurs doivent maintenant plus que jamais prendre soin des consommateurs qui restent et qui ne se sont toujours pas tournés définitivement vers le téléchargement illégal ou l’offre de plus en plus pléthorique de streaming. Le risque industriel doit être partagé par toute la filière et pas seulement par les consommateurs souvent pris pour des pigeons. Chacun a sa part de responsabilité : du labo à l’éditeur en passant par le presseur et enfin le consommateur. Les choses ne bougent que si le mouvement est entraîné !

 

Poursuivre sur le Blog →