DVD Flexplay, ou eZ-D une obsolescence programmée assumée

Le DVD Flexplay (eZ-D chez Disney) une  obsolescence programmée (ou ROT programmé), une aberration du passé…

Un court article sur le sujet, car nous fûmes interpellés par un post Facebook dans lequel était partagé un « obscure » article concernant des « Blu-ray jetables à moins de 3€ » ; une rapide lecture et surtout la date de publication, un 1er avril,  tendaient à prouver qu’il s’agissait d’un canular… mais quelques recherches prouvent que ce canular est fondé sur des bases qui  ont réellement existé dans un passé pas si lointain…. le DVD Flexplay.

 

Le concept du Flexplay (eZ-D)

Flexplay

DVD Flexplay

On l’appelait aussi en toute logique, le DVD jetable (en France) ou DVD-D (D signifiant « disposable » en anglais: jetable)

Flexplay:

Le concept était simple, d’abord réservé à la location (puis à la vente), un disque ne contenant que le minimum, c’est à dire le film, vous était envoyé celui-ci était parfaitement scellé sous-vide, bien à l’abri de l’air ambiant. Une fois descellé, ouvert, vous aviez 48 heures pour regarder votre film (une fois vu, le DVD était bon pour la poubelle, le principe étant de ne pas le renvoyer au loueur). Pour un disque acheté et non descellé, une durée d’1 an de stockage (nous n’étions pas si loin avec la DLV, souvenir d’un canular de 1er avril) avant « dégradation » était indiquée sur le packaging lui aussi rudimentaire. 

Techniquement:

Au contact de l’air un phénomène d’oxydation se produit et interagit avec la résine faisant la liaison avec les couches qui composent le disque. Cette résine de liaison originellement transparente se teinte en noir (car elle contient un colorant DYE, qui s’oxyde) et le disque devient ainsi illisible.

Ces disques étaient teintés en rouge pour empêcher la lecture potentielle du disque dégradé dans une platine Blu-ray (laser bleuté) par exemple. Sans cette teinture (coloration) rouge du disque, le système aurait été certainement perfectible, c’est à dire lisible après dégradation par du matériel compatible Blu-ray.

Il existe différentes appellations pour d’autres technologies quasi identiques.

Ce concept inventé en 2003 aurait perduré jusqu’en 2011 outre-atlantique ! Incroyable … 

Le DVD jetable DVD-D (DVD à la séance):

Ce DVD quant à lui était un peu différent dans sa conception, puisqu’au centre du disque, dans celui-ci était intégré un petit réservoir contenant un agent oxydant libéré au moment de la séparation du disque et de son support par un système de fixation élaboré. Une fois séparé, la durée de vie du DVD était de 8 heures, 8 heures donc pour visionner le contenu du disque.

  • Voir cet article de BHMAG qui détail parfaitement le concept.

Le support était vendu en France par CDiscount.

On parle d’une période allant de  2004 à 2005,  d’ailleurs « Les Années Laser » a évoqué ce support à plusieurs reprises dans son mensuel. 

 

Et l’écologie dans tout ça ?

La rédaction de cet article: Où jeter ses vieux blu-ray défectueux ? nous avait amenés à la déduction suivante, à savoir qu’il n’existait pas réellement de filières (notamment en France) de recyclage concernant nos vieilles galettes tous les types confondus: CD, LD, DVD, BD, etc.. On ne sait pas trop quoi en faire, ni comment les recycler réellement hors filières spécialisées.

Nos diverses recherches sur le support Blu-ray pour divers contenus,  nous font dire également que tous les supports optiques contiennent de nombreux composés chimiques, résines, polymères, polycarbonate (plastique), métaux,  dont la nature polluante ne fait aucun doute.

Les arguments de conformité (compliance) recyclage/écologique sont difficilement croyables !

Heureusement que ce concept n’a pas perduré dans le temps. Étonnamment on peut en trouver (d’occasion » mais toujours  scellés)  sur Amazon.com ou eBay à des tarifs complétement surréalistes … Surement « l’aspect collector » ? (Rappelez-vous: 1 an en date limite de visionnage)

Un DVD Blu-ray 25Go biodégradable

Cela dit, on trouve des traces d’un « DVD » biodégradable, plutôt « eco-friendly » et recyclable beaucoup plus facilement, qui a été inventé en 2004 par SONY. Le substrat habituellement en polycarbonate (sur un Blu-ray c’est plus de 90 voir 95% de la totalité du disque), a été remplacé par du papier. Le support est d’une  capacité de 25Go, serait compatible avec les lecteurs Blu-ray (ce disque n’avait pas encore d’appellation officielle, le terme Blu-ray n’existait pas à l’époque… on parle de « laser bleu »). En réalité il s’agit donc d’un Blu-ray 25Go ! Là encore ce support était destiné à du contenu lui aussi « jetable » car il n’était pas pérenne.

En conclusion

On ne peut pas s’empêcher de faire un parallèle avec nos Blu-ray défectueux, le phénomène de dégradation étant en partie le même, le vocabulaire technique sur la dégradation est commun: résine, oxydation, couches etc… Des mots qui nous font peur. Sauf que pour le DVD-D, DVD jetable,  DVD Flexplay c’est donc une obsolescence programmée, par un phénomène de « Rot maitrisé » alors que pour les Blu-ray défectueux, le phénomène n’est pas voulu ! Nous n’oserions imaginer le contraire…

Il nous semblait donc logique de faire un court article sur le sujet car ce procédé (comme nous le disons ci-dessus) nous ramène inéluctablement à nos chers Blu-ray Flexplay

Partager

Bluraydefectueux (Xavier L.)

Passionné de cinéma, home-cinema, et amoureux du support physique de la belle image et du beau son, depuis de nombreuses années, C'est naturellement avec passion et conviction qu'il s'est lancé dans ce projet. Bluraydefectueux.com (BRDEF)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *