Blu-ray facts

Blu-ray facts and only facts, vous en prendrez bien une tranche ?

Un court article avec uniquement des faits et des chiffres concernant notre support favori (quand il est non défectueux!)

 

| Let’s go facts !

 

Blu-ray logo officiel

 

Année de naissance: 2006 (mais il a été développé encore bien avant: 2000~2003 !*)

Année de commercialisation: 2006

Un disque de 12cm de diagonale

Poids: ≃20 gr

Composition: +91% de polycarbonate (substrat), le reste étant: métal, résine, et autres polymères.

Le sandwich d’1.2mm (l’épaisseur du disque) est composé d’environ 5 couches de différents matériaux  pour un Blu-ray simple couche et 9 couches pour un Blu-ray double couche:

Singulus indique pour sa ligne de production BLU LINE II des temps de fabrication inférieurs à 4s, il indique également,  en partie,  les données qui suivent.

  • Une barrière/Protection anti-humidité (SiN: mononitrure de silicium on parle plutôt de Nitrate de silicium): 0.2µm (10nm pour un Blu-ray simple couche)
  • Le substrat: 1.1mm (91% de la totalité) avec la couche information. L0 (la plus proche de la sérigraphie)
  • Couche réfléchissante en argent L0: 35nm (idem Blu-ray simple couche)
  • Une couche intercalaire (Spacer layer)
  • deuxième couche d’information L1: 25µm
  • Une couche semi-réfléchissante en argent L1: 30nm
  • Couche de couverture optique: 73µm (98µm pour un Blu-ray simple couche)
  • Le hard coat (protection): 2µm

L’ensemble des couches L0 et L1 est appelé par le « Livre blanc » de la BDA: la pile de transmission (transmission stack, TS): 0 et 1 (TS0 et TS1)

NB: L0/L1 rappelle certains numéros de matrice parfois estampillées en partie de la sorte.

Si l’on zoome au niveau de la couche intercalaire du Blu-ray double couche , ou y trouve deux couches:

  • La couche de base en  résine: 23µm (cela pourrait rappeler la « résine base », erreur d’interprétation, d’écriture ?)
  • Une couche prévue pour le transfert des motifs (les trous): 2µm (là on pense à la résine d’embossage)

NB: D’après nos regroupements et les informations données dans les communiqués des professionnels, ça serait cette partie qui serait corrompue dans le cas des Blu-ray défectueux double couche, mais quid des Blu-ray simple couche ?

Capacité: 1 couche (de 25Go: Single Layer: SL) ou 2 couches (2 x 25Go : Dual Layer : DL) dans le cas des UHD (2x33Go DL, et 3x33Go pour Triple Layer: TL)
(1 octet = 8bits à ne pas confondre avec le Byte (Octet en Anglais), 1Go (1GB)= 1.000.000.000 octets (ou bytes) en Système International, voir Unités de stockage de l’information numérique)

Le pas de spire (la piste), en fait l’espacement entre deux spires, est  donc de: 0.32µm

Le long de la spirale (qui constitue donc l’intégralité de la piste) on trouve des pits, ils représentent « des trous », le faisceau n’est pas réfléchi. Pour un pit:

  • la profondeur est d’environ: 65nm
  • La largeur: 160nm
  • La longueur minimale: 149nm

les lands c’est le reste, le faisceau est réfléchi.

Longueur d’onde λ du faisceau laser (émis par la diode laser de l’OPU): 405nm (pour rappel un nanomètre = 0.000000001m)

Diamètre du spot laser: 0.24µm (pour rappel un micromètre = 0.000001m)

Spectreinfographie du spectre visible/Wikipédia, adaptée par nos soins

Cette longueur d’onde donne dans les bleus-violacés très foncés, on comprend mieux le nom: Blu-ray: littéralement « le rayon bleu ».
On voit que pour le CD (780nm) on est hors spectre visible situé dans l’infra rouge.


Blu-ray et non Blue-ray: la Blu-ray Disc Assocation précise que le « e » a été ôté intentionnellement pour permettre un enregistrement distinctif de la marque.

*La Blu-ray Disc Association a été fondée en 2002

Sens de rotation du disque: horaire

Mode de changement de couche: mode OTP (par opposition au mode PTP): Opposite Track Path

La lentille en cours de lecture ne se trouve qu’à 0.1mm de la surface du disque !

Vitesse de rotation donnée pour 1x: de 800 à 2000tr.min-1

Vitesse de rotation en lecture standard platine, film pour satisfaire aux exigences techniques de débit: 1.5x pour un débit utile de 54Mb/s

Toutes les données (sous-titres, pistes sons etc..) sont transmises simultanément, d’où cette vitesse de rotation et ce débit utile.

Le bit budget, compte tenu de la ligne précédente et de la capacité du disque employé, consiste à exploiter au mieux celui-ci avec les différents éléments qui le composent principalement l’encodage de la vidéo et du son pour ne pas dépasser la capacité du disque.

Protection: AACS pour Advanced Access Content System

 

UHD logo officiel

Pour faire court…

Le Blu-ray UHD/4K n’est que l’ajout d’une couche supplémentaire de données  pour l’information, un nouvel encodage pour la vidéo (dans le cas des Blu-ray UHD/4K « de films ») et une protection plus avancée et connectée (AACS 2).

 

Littérature:
Pour la rédaction de ce contenu nous nous sommes appuyés en partie (comme pour quelques données numériques concernant l’article sur le Glass master et la matrice) sur l’excellent diaporama, une réelle mine d’informations techniques, « à la rencontre du blu-ray » de M. Wanègue qui est un expert indépendant spécialiste en audio visuel et qui est intervenu lors du conseil scientifique de 11 juin 2015 au sein du pôle de recherche sur la conservation des données sur disques optiques numériques, dépendant du Laboratoire National de Métrologie et d’Essais (LNE)
Nous avons également utilisé le ‘White paper’ (9e édition de 2015 et 5e édition de 2018)  de la Blu-Ray Disc Association et la documentation sur la machine BLU LINE II de Singulus.

Partager

Bluraydefectueux (Xavier L.)

Passionné de cinéma, home-cinema, et amoureux du support physique de la belle image et du beau son, depuis de nombreuses années, C'est naturellement avec passion et conviction qu'il s'est lancé dans ce projet. Bluraydefectueux.com (BRDEF)

Une réflexion sur “Blu-ray facts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *