Statistiques BD

Mise à jour du 28/09/2017

Topic des statistiques : http://bluraydefectueux.com/forum/viewtopic.php?f=25&t=492

Avertissement :
Ces statistiques ne comptabilisent pas le nombre de consommateurs touchés (ce qui est impossible à déterminer), mais le nombre detitres présentant des problèmes.
Un même titre peut être défectueux auprès d’un ou plusieurs consommateurs.
Si vous constatez des erreurs ou des oublis (ce qui est possible malgré le soin que nous apportons aux tableaux publiés), inscrivez-vous ici et faites nous part de vos remarques. Merci !
Vous trouverez ci-après une analyse très détaillée et, nous l’espérons, argumentée. Si vous souhaitez aller à l’essentiel, lisez prioritairement le résumé en rouge ci-après.

CE QU’IL FAUT RETENIR A CE JOUR

– Titres : 204 titres ont été repérés comme défectueux. A l’origine du problème en février 2015, on ne nous en avait annoncé que 24.

– Presseurs : QOL est le presseur le plus touché, avec 140 titres (69%). Mais 64 titres ne relèvent pas de lui.

– Editeurs : 6 éditeurs, qui travaillent prioritairement avec QOL -et parfois avec d’autres presseurs à problèmes- sont particulièrement touchés et regroupent 155 titres (76 %) : M6, TF1, Wild Side, Pathé, Gaumont, Europacorp. Il conviendrait de s’en méfier.
A l’inverse, 3 éditeurs seulement ne présentent aucun problème : Studio Canal, Koba, Disney.

– Années : 91 titres seulement (dont 66 QOL) relèvent des années 2008-2009. 113 titres (55%) ont donc été produits HORS de la période incriminée.

– Globalement : 138 titres (68 %) échappent aux seules explications officielles fournies (la fameuse « résine », dont on nous dit qu’elle aurait été limitée à QOL et aux années 2008-2009).

1. STATISTIQUES GENERALES (en nombre de titres)

♦ Répartition des titres défectueux selon les presseurs (statistiques déterminées par rapport à la liste des titres saisis dans l’index jusqu’à présent):

Image

Sans surprise, on constate que c’est QOL qui est majoritairement impacté. Mais 64 titres (31%) relèvent d’autres presseurs. La «résine» mise en cause a-t-elle aussi été distribuée chez ces presseurs, ou s’agit-il d’un autre problème ? Hormis QOL, aucun presseur n’a communiqué sur le sujet.

NB important : QOL a été « repris » en 2015 par KDG, puis les deux ont été regroupés dans Media Industry. Nous avons séparé chaque entité sur les graphiques. Mais on peut logiquement supposer que les outils de pressage de QOL se retrouvent sous ces deux appellations, et que les défectuosités KDG et MI sont assimilables à des défectuosités QOL.

♦ Répartition des titres défectueux selon les éditeurs (statistiques déterminées par rapport à la liste des titres saisis dans l’index jusqu’à présent):

Image

155 titres (76%) se répartissent sur 6 éditeurs. Les éditeurs majoritairement impactés sont naturellement ceux qui travaillaient avec QOL (barre orange sur le graphique). Certains (notamment TF1 et Gaumont) ont eu recours à d’autres presseurs qui eux aussi présentent des problèmes.
A l’inverse, on remarque que 3 éditeurs (Disney, Koba, Studio Canal) ne connaissent aucun problème de défectuosité et peuvent à ce jour être considérés comme très fiables.

♦ Pratiquement, que faut-il en penser ?

Ces statistiques sont à prendre avec les précautions d’usage. Il serait erroné de penser que TOUS les disques de tel ou tel titre, éditeur ou presseur peuvent être sujets à défectuosité.
Pour les blu-ray que vous possédez déjà, il serait toutefois raisonnable de surveiller régulièrement l’évolution physique des titres des éditeurs ou presseurs concernés. Sachant que le phénomène met en moyenne 5 ans à apparaître. Un disque peut être « intact » à un moment donné mais ne plus marcher le lendemain.
Pour un achat à venir, le problème pratique est que l’indication du presseur ne figure pas sur les jaquettes. Ce qui pourrait conduire le consommateur, par défaut, à se montrer méfiant envers les éditeurs qui présentent des défectuosités.
Les éditeurs ne sont certes pas en tant que tels responsables du phénomène. Mais là encore, aucune communication n’a été faite sur le problème, et les réclamations restent parfois sans réponse.

Afin de connaître la « marge de sécurité », vous pouvez vous reporter à ce forum qui indique les possibilités d’échanges de disques défectueux par presseur et par éditeur.

http://bluraydefectueux.com/forum/viewforum.php?f=8

2. POUR ALLER PLUS LOIN: LES TITRES DEFECTUEUX PAR ANNEE DE SORTIE

Afin d’approfondir l’analyse, vous trouverez ci-dessous une statistique plus précise qui indique les défectuosités par presseur et par année.

Image

♦ Concernant QOL : En premier lieu, ce tableau permet de mieux visualiser l’impact de QOL (couleur orange sur le graphique).

Rappelons que dans un communiqué de février 2015 (*), QOL attribuait la défectuosité de certains blu-rays à «un lot de résine pollué utilisé entre juin 2008 et juin 2009, qui altère les disques avec le temps». Vingt-quatre titres étaient cités.
Or, il apparaît clairement que cette explication n’était que partielle. A ce jour, 140 titres QOL sont défectueux, et la «période résine» n’en recouvre que 66. Il y a eu chez QOL des titres défectueux avant la résine, et il y en a après, sans discontinuer, en nombre de plus en plus important.

*http://bluraydefectueux.com/communique-qol-022015/

La résine invoquée n’est donc pas la seule cause de défectuosité chez ce presseur. Mais alors, qu’est-ce qui affecte les 74 titres QOL «hors période» ? Autres lots de résine, ou autres problèmes inconnus ?
En l’absence de nouvelles informations, le consommateur est légitimement en droit de rester circonspect vis-à-vis de tout ce qu’a produit QOL, toutes années confondues.

Il faut rapprocher ce constat d’un article publié par 01.net en mars 2009, dans lequel un responsable de QOL affirmait «Nous ne maîtrisons pas encore totalement le processus. Nos exigences de qualité nous obligent à rejeter la moitié des disques. Nous sommes loin de maîtriser la production des Blu-ray comme nous maîtrisons celle des DVD». Un technicien-machine quant à lui indiquait «Je suis loin d’avoir testé toutes les combinaisons de réglages possibles. Pour tout comprendre, tout maîtriser, il me faudra quelques années encore».

(Source : http://www.01net.com/astuces/naissance-dun-disque-blu-ray-405351.html)

♦ Concernant les autres presseurs: En second lieu, on constate que 64 titres relèvent d’autres presseurs. Notamment Arvato (en vert), MPO (en violet) et Sony (en blanc). Ces titres sont principalement répartis de 2007 à 2013, avec une pointe sur 2008 et 2009.

Pour ces presseurs, il n’existe aucune explication officielle. Il a seulement été affirmé à l’époque que QOL n’était pas le seul à avoir utilisé la vilaine résine, mais personne d’autre ne l’a reconnu. Nous en sommes donc réduits à des hypothèses.

Ainsi, la présence de titres sur les trois premières années chez ces autres presseurs POURRAIT s’expliquer par la fameuse résine, et/ou par des débuts difficiles du fait de processus de production mal maîtrisés (nul n’est parfait !).

Mais il reste des titres postérieurs à 2009, qui échappent à toute explication. Est-ce la faute à pas de chance, ou un phénomène plus profond qui ferait que certains disques se détériorent avec le temps pour une cause inconnue ?

♦ Globalement: En troisième lieu, enfin, on constate aisément que l’explication officielle (résine QOL 2008-2009) ne recouvre que 66 titres, et que le reste, soit 138 titres, échappe à cette explication. Mais nous n’en avons pas d’autre !

♦ Quant à l’avenir, nous ignorons s’il montrera un tassement ou une persistance du phénomène. Les défectuosités mettent en moyenne 5 ans à apparaître. Rien n’indique que les dernières années, plus épargnées pour l’instant, le resteront, peut-être se rempliront-elles petit à petit. Car nous constatons malheureusement que nos statistiques sont loin d’être définitives, chaque mois vous nous signalez 5 à 6 nouveaux titres. Et on constate que les années « post résine » commencent à devenir inquiétantes.

Nous concevons que les professionnels ne soient peut-être techniquement pas en mesure de nous donner des explications fiables, car de nombreux paramètres interviennent dans le processus de fabrication d’un blu ray (résine, autres matières premières, machines, atmosphère de la « salle blanche », …). Mais dans ce cas, nous leur demandons « simplement » de nous rassurer. Ce qui est très facile:qu’ils s’engagent clairement au remplacement de tout disque constaté comme défectueux, quelle que soit sa période de production et sa date d’achat. Puisque le phénomène est d’après eux très limité, ceci ne devrait pas avoir d’impact sur leur trésorerie, mais rassurerait grandement les consommateurs.

Une telle attitude serait aussi « commercialement pertinente ». Les professionnels ne devraient pas oublier qu’ils misent à présent sur le blu-ray Ultra Haute Définition, encore plus complexe à produire. Comment le consommateur pourrait-il faire confiance à ce nouveau support alors qu’il n’a même pas de garantie sur le support actuel ? A méditer …

3. ANNEXE : TABLEAUX COMPLEMENTAIRES POUR LES PLUS COURAGEUX !

Vous trouverez ci-après :

– Des tableaux en pourcentages, qui sont la réplique des tableaux ci-dessus et permettent une lecture relative.

– Un tableau en nombre de défectuosités par année et par éditeur. Il n’est pas nécessaire à notre analyse exposée ci-dessus, puisque le problème vient des presseurs. Il peut cependant vous être utile dans votre acte d’achat, car hélas seul le nom de l’éditeur figure sur les jaquettes. Ainsi, à titre d’exemple, on constate que TF1 Editions (barres vertes) a été très impacté en 2008 et 2009. Une petite méfiance s’impose donc si vous tombez sur un titre TF1 édité ces années là, quel qu’il soit.

♦ Représentation graphique du pourcentage de titres impactés par presseur:

Image

♦ Représentation graphique du pourcentage de titres impactés par éditeur:
(n’apparaissent que les éditeurs ayant un pourcentage >0)

Image

♦ Courbe d’évolution du pourcentage de titres impactés par année:

Image

♦ Nombre de défectuosités par année et par éditeur:

Image