Les nouvelles recommandations de la profession

4.3/5 - (6 votes)

Communiqué de presse

 

Toujours soucieux de l’intérêt des consommateurs, les principaux éditeurs viennent, à travers un communiqué de presse, d’émettre quelques recommandations simples et efficaces pour faire face au problème du « ResinGate », plus connu désormais sous son appellation technique de « COuche de Vernis Intermédiaire Défectueuse ». Nous les résumons ci-après.

 

  • La mesure la plus sûre pour éviter toute déception est évidemment de ne pas vous approcher de vos blu-ray, en respectant une distance de sécurité d’au moins 2 mètres, et par conséquent de NE PAS LES VISIONNER. Dans ces conditions, vous ne constaterez jamais de défectuosité.

Il n’y a cependant aucune contre-indication à contempler de loin les couleurs des jaquettes !

  • Si toutefois vous étiez dans l’obligation de regarder absolument un film (par exemple sous la pression de vos enfants ou de votre chien souhaitant revoir l’intégrale Beethoven), quelques mesures de précaution s’imposent :

 

    • porter des moufles avant toute manipulation (de type maniques de cuisine avec couche aluminium isolante)
    • désinfecter préalablement le blu-ray, en le plongeant quelques heures dans un bain d’eau de Javel ou d’acide chlorhydrique (il est conseillé d’éloigner les enfants et le chien)
    • privilégier un visionnage en plein air : balcon ou jardin selon votre lieu d’habitation (prévoir rallonge électrique ou groupe électrogène)
    • pendant le visionnage, porter un masque de nuit sur les yeux, afin d’éviter la transmission à votre rétine d’ondes lumineuses désagréables (blocs de pixels, sautes ou figements d’image, etc …)

 

  • Ces mesures simples doivent vous permettre de profiter pleinement de vos galettes, sans avoir à en demander le remplacement. La profession précise d’ailleurs qu’elle ne procédera à aucun échange. L’envoi d’un disque contaminé à un éditeur peut en effet à son tour contaminer ce dernier, dont la santé est par définition fragile. Tout envoi illicite sera puni d’une forte amende et/ou d’un séjour de 3 mois en hiver au siège de Media Industry dans les Vosges.

 

  • Bonne nouvelle cependant, l’avenir s’annonce plus radieux, car la profession planche sur un nouveau système prometteur. Il consistera à enregistrer le film sur une bande magnétique, ce qui évitera l’utilisation de résine. D’après nos informations, ce procédé du futur sera commercialisé sous l’appellation « Very High Security ».

Tout va donc pour le mieux, et nous ne pouvons encore une fois que remercier les professionnels pour leur suivi exemplaire de cette affaire.

Partager

Vivaldi21

Je suis un cinéphile, pendant 40 ans j’ai vu en moyenne 150 à 200 films par an en salle, j’ai écrit dans des revues locales, j’ai fait des émissions à la radio ou animé des séances de «ciné club», et je crois bien connaître le cinéma, surtout celui dit «de répertoire»

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.