L’Appel des 50, l’édition vidéo physique en pleine tourmente

Depuis quelques jours nous voyons fleurir sur les médias spécialisés cette lettre ouverte émanant d’un collectif d’une cinquantaine d’éditeurs, acteurs de la profession.

>J’ai déjà lu l’article, j’accède aux dernières mises à jour/révisions

La voici présentée dans son intégralité:

l'appel des 50 p1l'appel des 50 p2

  • Analyse:

Nous ne commenterons pas la majeure partie de ce document car nous ne maitrisons pas les chiffres et les maillons de la chaine de ce secteur, et très justement, la crise du COVID-19 n’a rien arrangé. Mais à la lecture nous sommes interpellés immédiatement par ce paragraphe:

 

Elle propose de beaux objets, durables, transmissibles et qui répondent à une envie unique, à l’opposé de la culture au débit, elle est la seule assurance de posséder durablement dans le temps, sans dépendre d’inventaires à l’accès variables

Et c’est sur ce point que nous ne sommes pas d’accord et qu’il y a erreur. Quand on voit les problèmes rencontrés sur certains blu-ray (presque 400 indexés à ce jour), est-ce que 10 ans environ (parfois moins) – qui est la durée moyenne observée avant de rencontrer des problèmes (illisibilité totale, partielle, surface de lecture qui « bronze », devient dorée, anneau brunâtre) – est une durée  acceptable (qualifiée « d’usure naturelle » par un éditeur dont le logo n’apparait pas) pour des produits vendus en France aussi chers dans les chaînes de magasins de produits culturels? (Rappel: 30€~35€ en moyenne un UHD, 20~25€ le blu-ray).

Un autre point tiré du document,

Durant ce moment de confinement, je dois dire que les DVD ont été une aide inappréciable. Se frotter aux grand films, les revoir dans de bonnes conditions […]

N’oublions pas également que le confinement a été l’occasion pour beaucoup de découvrir que certaines œuvres qu’ils possédaient, chérissaient en blu-ray étaient devenues problématiques. Durant ce confinement nous avons eu un regain d’inscriptions et de témoignages.

Dans ce document on parle aussi de transfert, de qualité etc…

Là encore, il ne faut pas oublier que la « VF » est souvent le parent pauvre des support HD/UHD(4k). Il faut reconnaître tout de même que depuis un certain temps la situation s’est améliorée. Beaucoup de cinéphiles en plus d’avoir des conditions confortables de visionnage, ont également de confortables conditions d’écoute, le tout formant ce que l’on appelle communément le « Home-cinéma ». Ces supports dont le taux de remplissage n’est jamais réellement optimisé mériteraient donc de voir figurer sur ceux-ci une VF digne de ce nom, c’est à dire en Haute Définition avec des codecs audio que nous connaissons bien (DTS HDMA, DOLBY TRUEHD etc.) et non un vulgaire DTS/DD qu’on peut trouver sur de simples DVD.

Exemples:

« BROOKLYN AFFAIRS » sorti il y a quelques jours:

Brooklyn Affairs [Blu-Ray]: Amazon.fr: Edward Norton, Gugu Mbatha ...

VO: DTSHDMA 5.1
VF: DD 5.1

« Star Wars l’ascension de Skywalker » sorti hier

Star Wars 9 : L'Ascension de Skywalker [4K Ultra HD Blu-Ray Bonus-Édition boîtier SteelBook]

Sur l’UHD:
VO: Dolby Atmos  7.1.4
VF: Dolby Digital + 7.1

sur le BD HD:
VO: DTSHDMA 7.1
VF Dolby Digital+ 7.1

Le Dolby Digital Plus (ou E-AC3) est un format audio multicanal développé par Dolby pour le Broadcast et le streaming

Source: https://blog.son-video.com/2019/08/votre-ampli-est-il-compatible-avec-le-dolby-digital-plus/

Si les éditeurs font des efforts sur ce point, nous sommes certains qu’ils y gagneront, mais pas que….

En conclusion

Premièrement il est surprenant de voir que ne figurent pas les logos de certains grands noms de l’industrie de la duplication ni même l’UHD Partner™ (Principal promoteur du support UHD/4K qui a succédé au Blu-ray Partner™, les deux étant regroupement d’éditeurs et constructeurs.)

Secondement, on nous affirme que ces objets sont «  durables, transmissibles », ce dernier mot laissant supposer même une durée de vie « intergénérationnelle » de plusieurs dizaines d’années. On aimerait le croire. Mais la profession pourrait elle nous préciser la durée en question ? A combien estime-t-elle la durée de vie d’un support physique? Et si par malheur le support n’atteint pas cette durée, quelles garanties d’échange la profession propose-t-elle ?

Et donc, pour paraphraser une des phrases du communiqué (début de 2eme page),

« Nous, consommateurs et cinéphiles, demandons aux éditeurs un plan de sauvegarde avec la création d’un budget spécifique de sauvegarde des titres que nous avons achetés, incluant notamment une garantie d’échange systématique dès lors que le support devient défectueux et illisible. ».


Mise à jour  9/06/20: PP Garcia de la chaîne Youtube « PP WORLD » lance un débat participatif sur le sujet:


Mise à jour du 10/06/20:

Mise à jour du 17/06/20:

« L’Appel des 50 » s’est transformé en une pétition (qui entre temps s’est transformé en « l’appel des 60 » « puis « l’appel des 70 » avec de nouveaux partenaires): Pour un avenir de l’édition vidéo physique

Partager

bluraydefectueux

Passionné de home-cinéma depuis de nombreuses années, il s'est constitué une collection de plusieurs milliers de blu-ray, de DVD. Son côté "rétro-technologique" lui fait collectionner également les LaserDiscs (plusieurs centaines), en hommage aux débuts de l'ère du home-cinéma dont il n'a pas pu profiter, car trop jeune à l'époque. Comme beaucoup, il tient à ses collections de blu-ray dans lesquelles il a investi une grande partie de son budget loisirs. Il est donc d'autant plus concerné par le problème des disques défectueux. Comme beaucoup également, il est inquiet pour le devenir de ses galettes. C'est pourquoi il a décidé de consacrer du temps et de l'énergie à la mise en place de Bluraydefectueux.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *