Blu-ray défectueux: la profession réagit avec la DLV

Un système d’étiquetage RÉVOLUTIONNAIRE

Pour faire face au problème des blu-ray défectueux, l’industrie et les éditeurs ont courageusement réagi afin de défendre les intérêts des consommateurs. Ils se sont ainsi entendus sur la création d’une étiquette « Date Limite de Visionnage » (DLV), qui sera apposée sur le cellophane coté verso.

Ce système d’étiquetage n’est certes pas nouveau puisque tous les produits alimentaires en sont dotés. Mais pour la première fois, il est adapté à un produit de haute technologie. Le disque blu-ray fait ainsi son entrée au Panthéon des produits périssables, au même titre que la viande ou le fromage.

 

L’Étiquette, décryptage

Nous avons pu nous procurer une étiquette, voici les principaux éléments qui apparaîtront:

  • Le titre du film
  • Le contenu: par exemple le blu-ray + le blu-ray bonus ou DVD bonus, etc…
  • Pressé le: la date exacte de pressage du lot d’où provient le disque.
  • A visionner avant le: date avant laquelle le disque doit être regardé. Une fois cette date dépassée (généralement 5 ans pour les dates courtes) le fonctionnement n’est plus garanti.
  • Le code barre du produit (le même que celui de la jaquette, puisqu’il y a de fortes chances que l’étiquette soit apposée par dessus celui-ci).
  • Le prix en Euros et Francs (pour les nostalgiques qui sont passés directement du LD au BD)
  • Pour les pressages français un « macaron » ORIGINE FRANCE (comme pour les produits alimentaires: gage de qualité et du savoir-faire de notre pays en la matière).
  • Une petite mention au dessus du prix commençant par IFPI, qui est la codification indiquant l’entreprise ayant procédé au pressage du titre (si vous n’êtes pas assez aguerri vous pourrez toujours retrouver les codes IFPI ici sur BRDEF).

D’ici la fin d’année vous retrouverez cette étiquette coté verso. Il reste à en déterminer la taille, en souhaitant que, compte-tenu de la masse des renseignements pertinents indiqués, l’étiquette ne cache pas les autres informations imprimées sur la jaquette. Mais nous faisons confiance aux professionnels.

 

Une véritable aide au choix

Ces différents éléments de traçabilité devraient vous permettre de faire votre choix, et de privilégier tel titre plutôt que tel autre,  comme vous avez déjà l’habitude de le faire avec un produit alimentaire dans votre supermarché préféré. Nous publierons un prochain article pour vous indiquer quand la mise en place de cet étiquetage sera réellement effective.

 

Une belle initiative à saluer et qui, n’en doutons pas, permettra de rassurer définitivement les consommateurs.

 

Partager

Bluraydefectueux (Xavier L.)

Passionné de cinéma, home-cinema, et amoureux du support physique de la belle image et du beau son, depuis de nombreuses années, C'est naturellement avec passion et conviction qu'il s'est lancé dans ce projet. Bluraydefectueux.com (BRDEF)

3 réflexions sur “Blu-ray défectueux: la profession réagit avec la DLV

  • 6 avril 2019 à 8 h 01 min
    Permalien

    POurquoI diable S’obStiner à mentiONner encore aujourD’hui un prix en frAncs ? VRaisemblablement peu utILe de nos jours…

    Je reste enchanté par cette initiative de l’industrie et des éditeurs qui va dans le sens de la protection des consommateurs. Plus de détails ici :

    Répondre
  • 6 avril 2019 à 10 h 06 min
    Permalien

    Certainement, comme c’est indiqué dans l’article, pour celles et ceux qui seraient passés directement du LD (Laser disc: image analogique un poil meilleure que la VHS mais par contre son numérique et/ou analogique ; si vous ne connaissiez pas la techno. issue d’une époque hélas révolue depuis longtemps) au blu-ray.

    Répondre
  • Ping : DVD Flexplay, ou eZ-D une obsolescence programmée assumée - BLURAYDEFECTUEUX.COM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *